L'Elan vu du ciel dans les années 50

C'est l'histoire d'une maison face à la mer.

Une maison unique, vieille dame de la dune, haute et blanche.

L'Elan depuis la plage

Le jardin est sauvage et les arbres tortueux, maltraités par le vent.

L'Elan

Elle surgit derrière les herbes hautes, tout au bout du jardin, gardienne de la plage en haut des rochers qui l'empêchent de prendre son élan.

La mer, gourmande, a grignoté par petits bouts la dune qui dévalait à ses pieds.

Alors elle trône au bord de la plage sur les vestiges du passé.

Toute l'année ou preque, règne le silence, mais dès que s'annonce l'été, les volets s'ouvrent, le jardin s'anime, elle revit.

Toute la famille se retrouve. Il y a les adeptes du mois de Juillet ou les habitués du mois d'Août.

La maison est en perpétuel mouvement, orchestrant les vagues d'arrivées et les départs.

Tout au long de l'été, ils se croisent, marée montante et descendante d'oncles, de tantes, de cousins. Les arrivées suscitent l'émoi, l'excitation des petits, la joie des retrouvailles.

Moi à 2 mois face à la plage

Il est difficile de décrire le plaisir immense que l'on ressent, après un long voyage, à pousser le vieux portail, monter les quelques marches qui mènent au jardin. On redécouvre la maison, les jeux éparpillés aux quatre coins, et surtout...la mer.

DSC03798

Au bout du jardin, on scrute la plage à ses pieds, pour découvrir qu'ils sont là les cousins ! Joyeux signes de la main, tout le monde remonte pour les embrassades, pour aider à porter les valises, à s'installer.

Enfin, les vacances peuvent commencer.

Le temps s'arrête presque, il sera juste rythmé par les marées, les baignades, les balades au Bout du Monde ou à Chausey, les châteaux de sable...

Une pensée particulière à toute ma famille et en particulier aux cousins Evelyne, Pierre, Olivier et Thierry. Nous venons de perdre ce cher Oncle Jean, leur papa, et je voulais qu'à travers nos larmes nous nous souvenions des piques-niques à Chausey, des virées dans son bateau dans la baie du Mont Saint Michel, de sa voix de stentor qui résonnait dans l'escalier de la tour, de tous ces moments heureux passés ensemble.

Carte postale des années 50