20180803_155056

Quittant les plages ventées du Sud, nous nous sommes aventurés sur les petites routes du centre de l'ïle pour partir à la recherche de la culture canarienne et d'autres paysages.

Abandonner la route principale qui mène à Puerto del Rosario et l'aéroport,

20180803_143818

pour emprunter les chemins qui traversent les petits villages perdus au milieu de ces étendues désertiques aux faux airs d'Arizona.

P1060983

C'est là que s'est construite l'histoire de cette ile qui attira les aventuriers espagnols bien sûr, mais plus étonnamment des Normands au XVe siècle partis conquérir les Guanches, des berbères venus d'Afrique, premiers habitants de l'ile.

En chemin vers Betancuria,  la petite route qui nous emmène au Mirador de Morro Velosa dévoile à chaque lacet un paysage énigmatique. Entre la mer au loin et ces montagnes arides et rouge.

20180803_145801

Du Mirador, le point de vue est époustouflant. Vous contemplez l'ile, à 360 °.

20180803_150727

La visite du Mirador est particulièrement enrichissante sur l'Histoire de Fuerteventura, et son environnement. Si je me doutais bien que les Espagnols avaient été attirés par les Canaries, j'ignorais totalement que mes ancêtres normands avaient poussé leurs bateaux jusqu'ici, démontrant une nouvelle fois leur extraordinaire sens des conquêtes et de l'aventure ! Betancuria, qui fut longtemps la capitale de l'ile, tient son nom de Jean de Béthencourt qui créa sur l'ile une colonie normande.

20180803_155325

L'ile ne fut pas aussi désertique par le passé. La désertification s'est accentuée avec l'exploitation des terres et la consommation excessive d'eau qu'elle nécessitait, le tout aggravé par l'air iodé porté par le vent et qui brûle tout sur son passage...

20180803_152049

Nous avons ainsi appris que l'eau douce de l'ile provient des usines de dessalement, et que certains grands complexes hôteliers ont développé leur propre usine.

Nous retrouvons les traces des conquistadors espagnols au gré des églises.

20180803_095524 - Copie

 

Juste après Antigua, dans le village de La Ampuyenta, nous découvrons un petit bijou du XVIIe siècle, l'ermita de San Pedro de Alcantara.

20180803_095556 - Copie

Hors des sentiers touristiques, il n'était pas ouvert lorsque nous sommes arrivés ce matin-là.

20180803_102420 - Copie

20180803_102535 - Copie

Mais la gardienne a eu la gentillesse de nous faire visiter la chapelle,

20180803_102438 - Copie

20180803_102454 - Copie

fière de nous montrer les trésors polychromes qu'elle abritait.

20180803_102610 - Copie

Encore une jolie rencontre...

20180803_102703

Poursuivant notre route vers le Nord, nous apercevons la façade de lave noire du clocher-porche de l'église de Castillas del Angel.

20180803_103735

P1060942

Une austérité qui s'accorde tant avec le paysage alentour.

20180803_104112

20180803_104138

Il est temps de découvrir enfin l'une des réserves protégées de l'ile, l'immensité des dunes de Corralejo

20180803_113304

Un désert de sable dans le désert de pierres et de lave au milieu duquel quelques plantes grasses survivent.

20180803_111807

20180803_112958

Au loin se détache la masse sombre de Lanzarote, précédée par la Isla de los Lobos.

20180803_113647

Le sable est d'une blancheur et d'une finesse merveilleuse.

P1060958

Les petites criques à l'eau turquoise sont autant d'invitation au farniente (et au surf) si ce n'était le ciel un peu gris ce jour-là.

20180803_112604

Bien à l'abri du vent derrière les murets de lave, il doit faire bon bouquiner...

Parce qu'il faut faire des choix, et que nous n'avions pas envie de retrouver l'animation d'une cité balnéaire, nous avons préféré contourner Corralejo pourtant réputée pour son ambiance sympathique, pour filer vers la côte Ouest et El Cotillo

20180803_123900

La côte devient très accidentée et les vagues de l'Atlantique arrivent à pleine force. Une belle houle, et les meilleurs spots de surf parait-il.

20180803_130301

El Cotillo est un village de pêcheurs transformé en paradis du surf.

20180803_140609 - Copie

20180803_130635

20180803_140922 - Copie

Il a malgré tout gardé son charme, 

P1060978

20180803_135833 - Copie

 

20180803_140144 - Copie

et reste un havre de calme où il fait bon déjeuner sur la jetée près de la plage de galets.

20180803_131200

20180803_131230

Les maisons portent les stigmates des affronts des embruns et du vent.

20180803_134957

Faites de pierres de lave,

20180803_134834

ou se parant de couleurs vives,

20180803_140500 - Copie

P1060979

elles font aussi le charme d'El Cotillo.

20180803_140253 - Copie

Nous ne nous aventurerons pas sur la piste qui mène aux falaises au Sud du village, où pourtant les plages ont l'air si belles.

Un autre village nous attire.

20180803_155609

Mais avant, il faut reprendre la route spectaculaire qui traverse les montagnes.

20180803_155439

En chemin, alors que nous quittons le Municipio de Pajara,

P1060987

les écureuils font là aussi le spectacle !

20180803_155325

La route zigzague dans la montagne, mais la petite Fiat 500 est vaillante !

20180803_155523

Bon, avouons que malgré son look sympa, elle n'est pas ce qu'il y a de plus pratique à 4, surtout avec deux très grands, et que voyager à l'arrière n'est pas des plus confortable...

20180803_170406

Mon coup de coeur sur l'ile va au minuscule village d'Ajuy.

20180803_170506

Sur sa plage de sable noire, les barques multicolores font concurrence aux couleurs vives des parasols.

20180803_170728

Quelques restos à même la plage, des ruelles où les vieux papotent à leur fenêtre.

20180803_170814

20180803_170828

Même si les touristes viennent nombreux visiter les grottes marines, le village reste authentique.

20180803_163806

Il faut prendre le sentier côtier qui mène aux grottes et au parc naturel. 

20180803_163216

La pierre blanche des falaises contraste avec les pierres volcaniques. 

P1060995

L'Océan déferle à gros rouleaux à  nos pieds, tandis que nous descendons les escaliers de pierre

20180803_165230

vers les fameuses Cuevas de Ajuy.

20180803_164419

20180803_164325

Ces grottes offrent un spectacle bouillonnant, les vagues se fracassant entre les rochers.

20180803_164813

De retour sur la côte Est, tout au Sud, la station balnéaire de Morro Jable fait figure de grande ville à côté.

20180806_111233

20180806_111247

Des boutiques à foison le long de la grande plage avant d'arriver dans le centre-ville plus authentique.

20180806_120859

20180806_120835

La promenade qui part du pied de la falaise jusqu'à la grande plage est vraiment très agréable. (Nous ne l'avons pas testé, mais le tout dernier restaurant de la jetée au pied de l'église et au plus près de l'eau, la Laja, est paraît-il délicieux et recommandé par les locaux que nous avons croisés).

P1070142 - Copie

20180806_121222

20180806_121626

Il y fait bon, le vent ne souffle quasiment pas ici, alors que nous sommes à peine à 20 kms de Sotavento.

P1070140 - Copie

20180806_121027

Prendre le temps de flâner dans les quartiers plus résidentiels et moins touristiques.

P1070122 - Copie

P1070117 - Copie

Admirer les porches des maisons, qui se font concurrence.

P1070126 - Copie

P1070127 - Copie

Exubérance de cactus

20180806_112618

20180806_112932

P1070124 - Copie

P1070112 - Copie

et de succulentes...

20180806_112640

20180806_112653

Les gens de Morro Jable doivent aimer leur chevelure car il y a des coiffeurs à tous les coins de rue !

20180806_114537

P1070137 - Copie

Depuis Morro jable, vous pouvez rejoindre la presqu'ile de la Jandia, qui est parait-il de toute beauté. Il nous aura manqué quelques jours pour aller découvrir les immenses plages de Cofete...

20180806_111602

 Difficile de résumer une ile en deux billets, mais j'espère qu'ils vous auront permis de découvrir Fuerteventura et donné envie d'aller fouler les belles plages de sable blanc aux eaux turquoises.

Si vous avez tenu jusque là, bravo!

Vous pouvez à présent paresser comme ces chats tranquillement installés au soleil des Canaries.

20180806_121435