La porte par Szabo

Photo du net

Notre merveilleux séjour à Budapest est déjà loin, alors j'essaie de retrouver cette la ville à travers les pages de Magda Szabo.

Figure majeure de la littérature hongroise, et pourtant, je ne l'ai découverte que très récemment, en préparant notre séjour à Budapet.

J'aime découvrir les pays à travers la littérature, et la Hongrie n'a pas fait exception.

La Porte est un roman étrange, un peu abrupt et qui ne se laisse pas lire facilement.

Le sens de l'histoire vous échappe un peu au début. 

Le récit des liens entre une intellectuelle hongroise, écrivain célèbre, et sa femme de ménage parait sans réel intérêt et un peu trop simpliste, et pourtant, peu à peu, le lecteur se laisse envahir par la personnalité des deux femmes, les observe, les prend en affection.

L'écrivain est jeune, pétrie de certitudes sur la grandeur de la littérature et sa suprématie. Un peu imbue de son succès mais tout en restant surprise devant sa célébrité grandissante.

Si sûre d'elle, mais comme une enfant lorsque sa femme de ménage arrive sans crier gare.

Emérence méprise la femme de lettre tout en éprouvant une réelle affection. Cette femme semble avoir vécu mille vies.

Elle a traversé les tourmentes de l'histoire en gardant sa liberté de pensée. Aucune idéologie, aucun diktat n'a eu raison d'elle, et elle impose sa force de caractère à son entourage, régissant à sa façon le petit monde de la villa privée d'un quartier de Budapest où se mélangent intellectuels et simples citoyens.

Elle connait tout, sur tout le monde, mais personne ne sait réellement qui elle est, et ce qui se cache derrière la porte de son logis, où personne n'est jamais entré.

Au fil des pages, on perçoit ce que l'on a tant aimé dans la ville, la richesse intellectuelle qui devait s'épanouir dans les cafés littéraires.

On retrouve aussi la noirceur des années de guerre et de communisme si bien dénoncée à la Terror Haza.

20171103_105406

Magda Szabo les décrit avec pudeur.

Des évocations de la vie d'Emérence, l'on découvre que sa personnalité brute n'est qu'une facettte d'un diamant mal taillé. Refusant toute forme d'autorité, chacun de ses faits et gestes est dicté par sa conscience. Sa force est sa liberté, elle fait ce qu'elle estime être juste, malgré les régimes de terreur qui se succèdent.

Si vous aimez les romans d'action, passez votre chemin.

Si la complexité de la nature humaine vous intéresse et si vous avez envie de découvrir un auteur important dans son pays, alors ce livre vous emportera en Hongrie

La Porte, de Magda Szabo est édité en Livre de Poche et disponible sur liseuse Kobo (mon support de lecture pour ce livre).

******

"Si Emerence croyait en quelque chose, c'était au temps, dans sa mythologie personnelle, le Temps était le meunier d'un moulin éternel, dont la trémie déversait les événements de la vie dans le sac que chacun apportait à son tour. Personne n'y échappait selon la foi d'Emerence, elle était persuadée, sans toutefois le comprendre, qu'il moulait aussi le blé des morts et remplissait leur sac, seulement c'était quelqu'un d'autre qui emportait la farine sur son dos pour en faire du pain."

20171101_182645