Séville vue de la Giralda

Cela faisait longtemps, très longtemps, que je rêvais de voir Séville la belle andalouse.

Et le coup de foudre pour cette ville a été immédiat.

Les orangers

Plaza de la Virgen de los Reyes

En remontant la belle avenue bordée de palmiers qui nous emmenait tout droit vers le centre historique, j'ai été sous le charme.

En me promenant autour de la Cathédrale, du Real Alcazar, dans le bario de Santa Cruz ou sur les bords du Guadalquivir, je me suis sentie chez moi.

Cathédrale

Bario de Santa Cruz vu de la Giralda

Cathédrale depuis le patio des orangers

Cette impression fascinante que la ville vous adopte, ou que vous adoptez la ville, je ne sais pas, mais ce même sentiment de bien-être que je ressens quand je suis à Venise, et cette certitude que je reviendrai flâner dans les rues animées de cette ville magnifique.

Calle Sierpes 2

A Séville, tout est beau.

Cathédral 3

Les toits de Séville

Giralda

Les monuments, bien sûr, comment ne pas admirer la Giralda ou l'Alcazar ?

Giralda 2

Real Alcazar après la puerta del Leon

L'histoire de l'Andalousie est partout, dans chaque monument, à chaque coin du bario de Santa Cruz. Les cultures s'entremêlent en pleine harmonie, magnifiant les édifices.

Dans le bario de Santa Cruz

La ville a taille humaine, elle est harmonieuse avec son parc Maria Luisa, havre de fraicheur à l'ombre des arbres datant de Christophe Colomb, ou la magnifique Plaza de Espana.

Plaza de Spagna 2

Plaza de Spagna

Séville est sereine, bon enfant.

C'est surtout cela que j'ai aimé.

Santa Cruz

Cette ambiance joyeuse, à mille lieux du tumulte permanent de Paris.

Séville fourmille, mais elle n'est pas épuisante. Elle vous entraine dans sa danse.

Patio des orangers vu de la Giralda

Et toute la famille a succombé à son charme.

Calle Sierpes

Nous gardons un souvenir émerveillé de nos promenades sévillanes.

Dans les rues de Séville

No Do

Une balade en calèche.

Balade en calèche

calèches

Parking de caballos

Des rêveries au fil de l'eau.

Guadalquivir

Guadalquivir, un nom magique pour un fleuve majestueux.

Torre de Oro

Les arènes depuis le Guadalquivir

Bario de Triana

Dans les arènes, on frissonne, pensant entendre les échos d'une corrida, entre fascination et incompréhension...

Les arènes

Arènes

Scènes de corrida

Sol y sombra, c'était le titre de mon livre d'espagnol en 4e,  il y a bien longtemps...

Les panneaux à l'entrée des arènes me replongent dans mes premiers cours d'espagnol !

Sol y sombra

Le soir venu, notre activité préférée : partir à la recherche des meilleures tapas.

Les tapas

Voici quelques adresses que nous avons particulièrement appréciées.

La Bulla, calle del 2 de Mayo (tapas nouvelle vague et déco branchée)

La bulla

El Portiguillo, calle del 2 de Mayo (très très copieux, dans un décor qui nous rappelle que les arènes sont à deux pas!)

Toros

Robles Placentines, calle Placentines (traditionnel, pour les aficionados)

Eventails sur mur rouge

Près des remparts de Séville
chez mon ami Lillas Pastia,
j’irai danser la seguedille
et boire du Manzanilla,

Je vous laisse avec Carmen.

Je vous emmnènerai visiter le Real Alcazar dans un prochain épisode des aventures andalouses de Slow Down.

Souvenirs