DSC03847

Vaste sujet, vaste débat...

J'ai longtemps fait partie de ce club pas du tout fermé des femmes qui, dans leur vie professionnelle, ont des scrupules et de vraies inhibitions à se mettre en avant, faire leur auto-promotion, faire état de leurs belles réalisations.

Une étude américaine a démontré que la plupart des femmes érigent leurs propres barrières lorsqu'il s'agit de promouvoir leur travail, vieux réflexe issu de leur bonne éducation, du fait qu'il est de mauvais ton de se vanter, et de la crainte du regard des autres qui pourraient penser que cette vantardise serait mal placée.

DSC03716

Ce réflexe typiquement féminin, ne touche pas nos collègues masculins. Pour eux, et aux yeux de la société, il n'y a rien d'anormal qu'ils fassent état de ce qu'ils ont accompli positivement.

Alors pourquoi pas nous ?

Le problème serait que nous nous focalisons trop sur les autres et pas assez sur nous-mêmes. Le côté maternel très développé sans doute, grâce auquel nous nous occupons des autres avant de se consacrer à nous, et qui, transposé dans notre quotidien professionnel, rejaillit à  notre détriment.

Lorsque nous avons réalisé une belle performance, traité un sujet difficile avec brio, rapporté une belle plus-value à l'entreprise, plutôt que de penser en premier lieu à minimiser, voire taire cela, pourquoi ne pas transformer ce qui nous parait être une vantardise mal placée, en une description objective de ce que nous avons apporté à l'entreprise pour laquelle nous travaillons ?

Il ne s'agit pas de faire son auto-promotion, au sens péjoratif du terme, pour mieux se vendre, il s'agit, et c'est primordial, de faire reconnaître notre talent.

Statue___contre_jour_1

Il y a trois ans, j'étais à la croisée des chemins dans mon poste, fatiguée de me battre contre des moulins, pensant n'être jamais assez reconnue à ma juste valeur.

J'ai rencontré Françoise, une femme formidable, coach en management, qui m'a suivie pendant 8 mois, et qui m'a transformée.

Nous avons fait le bilan de mes compétences professionnelles, exposées concrètement, et définies avec un terme précis pour chacune d'entre elles.

Nous avons surtout mis en avant, outre le savoir-faire, le savoir-être, ce petit plus qui tout en renforçant les compétences professionnelles, vous différencie des autres.

Là encore, sur chaque compétence en savoir-être, des termes précis pour les caractériser.

Et pour lier le tout, un bilan des valeurs qui pour moi étaient essentielles dans la vie. Une sorte de cartographie de ma personnalité, mais adaptée au monde professionnel, pour mieux m'identifier et gagner en assurance, avoir enfin conscience pleinement de mes capacités.

A l'issue de ces huit mois, j'étais enfin sortie de ce tunnel que je m'étais moi-même érigé au-dessus de ma tête.

DSC00834

Trois ans après, ce travail intense et passionnant sur moi-même porte plus que jamais ses fruits. Je sais la direction que je veux suivre, je sais aussi parfaitement ce que je vaux, et surtout, je sais l'exprimer sereinement, sans fausse pudeur, ni fierté exacerbée. Je sais aussi et avant tout, ce que je ne veux plus subir ou rencontrer, tout en ayant la force de l'exprimer et de le contrer.

Si à un moment de votre vie professionnelle, vous sentez votre énergie faiblir et commencez à vous sous-estimer, ou si d'autres vous laissent penser que vous êtes devenue moins compétente, si vous aussi vous n'arrivez pas à mettre en avant vos compétences, n'hésitez pas, donnez-vous la chance de travailler avec un ou une coach, pour redécouvrir le meilleur de vous-même et repartir dans la bonne direction.

Trop nombreux sont les exemples autour de nous de cette violence professionnelle qui pousse les gens à de profondes dépressions, dont les stigmates seront ancrés en eux pendant longtemps.

Un immense merci à Françoise. Depuis trois ans, ses enseignements sont ancrés en moi, et je relis régulièrement mes notes et tout le travail que nous avons accompli. C'est ma force, ma source d'énergie pour vivre en pleine conscience et plus sereinement le parcours, parfois du combattant, de mon quotidien.

Et pour illustrer ce billet, je vous invite à lire cette interview de Tara MOHR, trouvée sur Goop, et intitulée Why Women Struggle with self promotion.

Longue, sculpture de Pauline Orhel, 2009.

DSC03717

Photos : ©Slow Down