191248_10151160292652090_680507388_o[1]

Dans la grande maison sur la dune, il y avait une paire de vieux fauteuils totalement ravagés par les assauts du temps, de l'humidité et de notre horde estivale qui ne les ménageait pas.

Coin salonFauteuil

Moi, pas plus que les autres...

Seulement voilà, en grandissant, je suis devenue accro à la déco, et ces vieux fauteuils des années 50 m'ont paru, au fil des années, plus si moches que cela.

Les magazines de déco dont je suis une dévoreuse inconditionnelle regorgeaient de fauteuils leur ressemblant, sans la patine.

L'idée de les rajeunir a commencé à me trotter dans la tête.

Certes, leur couleur jaune moutarde délavée, les ressorts qui affleuraient le velours râpé, ne les rendaient pas très engageants.

Mais quand certains ont eu des velleités de les porter à la décharge, mon instinct m'a crié qu'il ne fallait pas les abandonner si facilement à un si triste sort, qu'une deuxième vie pourrait peut-être leur rendre leur lustre d'antan.

Alors, je les ai emmenés à la rencontre de Michel Courcy, un formidable artisan, tapissier de son état, installé dans le vieux quartier Saint-Louis à Versailles : Aux Artisans Réunis, 6 rue du Vieux Versailles, 78000 VERSAILLES.

Il y avait un peu de monde ce samedi-là, et la personne devant moi, prenait un temps fou à choisir le tissu de son fauteuil Louis XV, hésitant entre des fleurettes qui se ressemblaient toutes les unes, les autres.

Pour moi, pas d'hésitation, ni fleurettes. Le choix du tissu rondemenet mené, il fallait que je sois patiente. L'ampleur de la tâche rendait les délais un peu longs.

Ma patience a été récompensée et la magie a opéré !

Deux mois plus tard, le jaune moutarde a cédé la place à un tissu zébré (Zimmer), et les ressorts ont été remplacés pour transformer deux épaves en fauteuils aussi confortables que beaux.

Fauteuil zèbre 2 jpg

Il n'y en a pas d'autres pareils. On ne les retrouve nulle part ailleurs que chez moi ! Pas même dans les magazines de déco ...

Je ne me lasse pas de les regarder, de m'abandonner dans leurs bras après une longue journée, ils font partie de notre histoire et participent à l'âme de la maison.

Fauteuil zèbre à l'heure du thé

Si j'avais plus de place, plus de temps, je réitèrerais l'expérience, je partirais chiner de vieux fauteuils années 50 pour leur redonner vie.

Un jour peut-être...

Tissu Zimmer