Vue du Rialto

Il y a une destination dont je ne me lasse pas : Venise.

J’avais 4 ou 5 ans la première fois que je l’ai découverte. Je me souviens de courir après les pigeons Place Saint Marc, de franchir cette multitude de ponts en tenant mes frères par la main, d’une balade en gondole fabuleuse. Je me souviens de mon émerveillement.

Héloïse et le pigeon de San Marco Le pont au bout de notre ruele virage du canal

Il ne m’a jamais quittée. Je suis tombée amoureuse de cette ville toute petite. Elle a laissé une trace indélébile dans ma mémoire, un éblouissement, et je n’ai de cesse que d’y retourner.

Je peux parler de Venise pendant des heures. J’ai tout lu ou presque, dénichant de vieux ouvrages et les grands classiques, pour m’imprégner de l’atmosphère vénitienne si particulière.

Comme une évidence, il fallait que mes enfants découvrent aussi cette merveille.

ennePalais des doges vu du vaporetto       venise vue par Quentin 039

Je crois que ma passion vénitienne est contagieuse. Ils se sont laissés envouter par cette ville aussi belle que mystérieuse, par ce dédale de canaux, ces palais si beaux, même les plus décrépis, par la majesté du Palais des Doges, de la Salute, par la beauté brumeuse de la lagune.

La Salute vue du Vaporetto

Place Saint Marc 

Pendant trois jours, nous l’avons arpentée, loin des sentiers touristiques, privilégiant les lieux plus authentiques, les quartiers plus retirés, pour mieux nous imprégner de sa magie.

Depuis longtemps j’avais un rêve.

Celui de vivre en vénitienne, d’habiter dans un de ces vieux palais, au bord d’un canal.

A défaut de palais, c’est une jolie demeure du 17e siècle qui nous a accueillis, non loin de Santa Maria dei Miracoli et du Rialto, dans le quartier populaire et authentique de Cannaregio.

Face à nos fenêtres 

Nous avons vécu en vénitiens, savourant le soir venu le départ des flots de touristes s’en retournant à Mestre, et laissant la ville souffler. Alors les vénitiens se montrent, soulagés du calme revenu.

La location d’un appartement permet cette liberté. Le nôtre s’appelait « Casanova » et se trouvait Salizada San Canzian, sur une jolie placette. Un beau duplex au dernier étage, avec vue sur les toits colorés de Venise.

L'église d'en faceLes toits de Venise vue de la maison

C’était idéal ! Après des journées à cavaler, gravir les ponts, visiter les musées, les enfants étaient épuisés, et ils pouvaient se reposer tranquillement dans leur chambre, ou dans la mezzanine, personne ne se marchant sur les pieds. Le soir venu, ils n’avaient pas toujours, ni la force ni l’envie de ressortir diner. Un bon plat de pâtes, des belles tomates du primeur d’en bas, un bon gâteau acheté dans la pâtisserie institution du quartier, et hop, le tour était joué.

Ils repartaient en pleine forme le lendemain pour de nouvelles aventures.

La maison d'en face

Si cela vous tente, contactez http://www.appartement-venise.com

Un site très bien fait, une agence bien organisée et fiable. Nous avons été enchantés de la prestation, un sans faute pour un prix tout à fait raisonnable.

Mon conseil, situez le quartier dans lequel vous voulez loger avant de vous lancer dans la recherche. Si vous ne pouvez pas (ou ne savez pas) voyager léger, privilégiez un appartement non loin du Grand Canal et des Vaporetto car s’embarquer avec plein de valises dans le cœur de Venise n’est pas chose facile, il faut passer les ponts !

Mais une chose est sûre, il faut tenter l’expérience, elle est inoubliable !